L’Artchipel doit revoir sa programmation

gerard-poumaroux

Le directeur Gérard Poumaroux (notre photo), autant que le président René Philogène, adressent un message de solidarité, de sympathie et de courage aux populations victimes du passage des récents cyclones.

La structure a subi de sérieux dégâts matériels, impactant son fonctionnement et le lancement de la nouvelle saison.

« Toujours faire front est une démarche culturelle. » C’est le président du conseil d’administration de L’Artchipel-scène nationale, René Philogène, qui parle. Il a tenu à réagir au lendemain du passage de l’ouragan Maria qui n’a pas épargné la structure. L’Artchipel a subi de sérieux dégâts matériels, et malgré la mobilisation du personnel, le fonctionnement et l’ouverture de la nouvelle saison sont impactés.
« Ces événements nous obligent à revoir notre programmation, le temps de procéder au réaménagement de notre structure » , ajoutera pour sa part le directeur général, Gérard Poumaroux. Toutefois, et dès que les conditions le permettront, L’Artchipel envisage de porter une attention particulière à son jeune public. Ainsi prévoit-il, durant le mois de mai 2018, un festival qui lui sera dédié, associant toutes les formes artistiques, et bien adaptées à chaque tranche d’âge.
L’Artchipel entend aussi s’associer à une compagnie de danses urbaines pour créer un temps fort autour des cultures urbaines. Il souhaite aussi accompagner nos créateurs, tout en recevant des spectacles originaux, offrir à voir du théâtre classique revisité, du chant lyrique, de l’opéra. Il en sera de même avec des créations transversales relatant la vie de grands personnages, ou des moments de vie, notamment. Et puis, le cinéma sera toujours présent avec son « Plan large » , ainsi que le cirque contemporain.

COMPASSION ET SOLIDARITÉ

Le volet nouveau de notre activité serait ce projet « Cabaret en création, cabaret en tournée » , développé avec l’accompagnement du conseil régional, du conseil départemental, du ministère de la Culture » , ainsi que les collectivités volontaires à nos côtés, explique Gérard Poumaroux qui souhaite que ce projet hors des murs emporte l’adhésion de tous.
À travers ce programme, L’Artchipel veut s’efforcer de remplir ses missions, de s’implanter sur le territoire, d’accompagner des artistes professionnels, afin de procurer de l’émerveillement au public. Et le directeur d’ajouter : « Face au déchainement sans mesure de la nature, et à ses conséquences, le personnel et moi-même faisons part de notre compassion, de notre solidarité avec notre population, ainsi qu’avec celle de nos îles et pays voisins, notamment la Dominique. Encore une fois, nous devrons mettre nos ressources au service de notre survie et les mobiliser dans la recherche du plus grand épanouissement possible quand les conditions sont favorables. »

Article Y. J. L. (France Antilles)

http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/culture/l-artchipel-doit-revoir-sa-programmation-451283.php

Vous aimerez également ...

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *