Retours sur la Flûte Enchantée et Encre noire

flute-7

Le Succès Incontestable de cette saison !

La Flûte Enchantée, le 5 mai à L’Artchipel et le 8 au Hall des Sports Paul Chonchon !

La représentation de la Flûte Enchantée le 5 mai dernier, avait un goût d’inauguration. En effet, ce fameux soir fut aussi l’opportunité pour le public venu en masse de renouer avec la mythique salle de L’Artchipel Scène Nationale de la Guadeloupe, après plusieurs mois de travaux.

Cette première s’est jouée à guichet fermé. Et heureusement une deuxième date était prévue le 8 mai au Hall des sports Paul Chonchon. Ces deux dates ont attiré un grands nombre de spectateurs, enchantés par cette adaptation aux consonances locale de l’oeuvre de Mozart.

Impatients et curieux, ils se sont laissé emporter dans ce grand voyage initiatique, narré par Patrick Cheval qui a pu compter sur leur réactivité.

Cette histoire universelle d’amour, de trahison, d’épreuves, souligné par de magnifique voix internationales, mais surtout des voix Guadeloupéennes insoupçonnées.

C’est par une standing ovation que le public a salué les artistes et les musiciens.

La pièce Encre Noire a fait vibrer l’Artchipel Scène Nationale de la Guadeloupe le 12 mai !

Le public de l’Artchipel a frissonné, en écoutant les textes d’écrivains de la Caraïbe et de l’Afrique, déclamés par les comédiens de la pièce Encre noire.

La Scène Nationale a accueilli, ce samedi 12 mai au soir, la troupe Grace Art Théâtre et la pièce Encre Noire, née de la collaboration du comédien Filip Calodat et du metteur en scène Éric Checco.

Les deux auteurs se sont croisés pendant des années au festival d’Avignon. Ils aspiraient depuis longtemps à travailler ensemble. Pendant un an, ils ont écrit la pièce de théâtre Encre noire.

Leur travail a consisté à regrouper seize écrivains de la Caraïbe et d’Afrique. Toute la difficulté a été de réunir tous ces auteurs autour des thèmes : l’oppression, la création littéraire et la liberté d’expression. Éric Checco s’est fait aider par sa femme, originaire d’Afrique, pour parfaire sa connaissance des auteurs africains.

Durant plus d’une heure, quatre comédiens, dont Nicolas Mouen et Didier Andenas, ont fait vibrer la scène de l’Artchipel. Les spectateurs ont pu écouter les textes des grands auteurs de la Caraïbe et d’Afrique.

DANS UNE PRISON

Le spectacle se déroule dans une prison, où trois écrivains arrivent dans leur lieu de détention, sous la surveillance d’une geôlière, jouée par Tania Jovial. Cette dernière oscille entre fermeté et complaisance, face à des prisonniers hors du commun.

Les artistes tentent avec différents stratagèmes, de survivre dans ce milieu carcéral. Déclamer des textes de seize auteurs noirs est l’un des moyens pour résister à l’oppression politique.

La danseuse Isabelle Mouen a su envouter le public. Elle était dirigée par le chorégraphe Romuald Sérèmes. Le combat contre l’oppression reste vain face aux armes.

Une pièce qui fait réfléchir, qui nous fait redécouvrir les beaux textes des écrivains noirs. Filip Calodat, artiste aux multiples facettes, a su de nouveau transmettre sa passion à un public conquis.

Source : France-Antilles 15/05/18 CN

Vous aimerez également ...

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.