Les petites histoires de

    Emilio Calcagno, Cie ECO

    Samedi 4 mai à 20h
    salle Anacaona
    60 min.
    A partir de 8 ans

    Un projet d’Emilio Calcagno, Cie ECO
    Librement inspiré de La Triste fin du petit enfant huitre et autres histoires de Tim Burton
    Création 2018 – Pièce pour 4 interprètes
    Directeur artistique et chorégraphe : Emilio Calcagno
    Chorégraphes : Anthony Egea, Kaori Ito et Kettly Noël
    Interprètes : Marvin Clech, Morgane Bonis, Coralie Meinguet et Hugo Schouler
    Création musicale : Pierre Lebourgeois
    Création lumière : Nicolas Lemoine
    Création vidéo : Claire Ryogan

    Sous ce titre, Emilio Calcagno, avec sa compagnie Eco, a rassemblé quatre ‘capsules chorégraphiques’ dont le point de départ commun est l’un des récits de l’écrivain et cinéaste américain, Tim Burton.

    4 contes 4 solo 4 chorégraphes 4 danseurs 4 univers… pour évoquer une marginalité qui commence dès le plus jeune âge. Que l’on soit un enfant huitre, que l’on ait un brie de chèvre à la place de la tête, des clous dans les yeux ou des ordures en guise de chair, le mal s’incarne toujours au même endroit : dans le regard des autres.
    Pour Emilio Calcagno, c’est une « fille qui fixe », Coralie Meinguet, et qui finit par littéralement se noyer dans la démultiplication des images d’elle-même et du monde extérieur offertes par les écrans des téléphones portables. Chez Anthony Egéa, Hugo Schouler incarne « l’enfant tâche », un être en déséquilibre qui tel un culbuto instable, faute de réussir à se tenir debout, trouve son salut dans la chute. Kaori Itorevisite le personnage de « bébé Ancre », version burtonienne de la petite sirène, avec les grimaces et la danse désarticulée de Morgane Bonis, image du douloureux passage de l’enfant à la femme. Quant à Kettly Noël, elle fait malicieusement endosser à l’étonnant Marvin Clech la danse de « la fille vaudou », entre terreur, transe et possession.
    Les corps des interprètes sont à la fois le lieu du malaise et celui de sa résolution. En préambule ou durant la pièce, l’auteur met en résonance ses propres souvenirs sur une vidéo en fond de plateau. L’ensemble forme un ovni attachant qui, tout en portant la fragilité de son propos, réussit à toucher chez les spectateurs, petits ou grands enfants, une inaltérable part d’enfance.

    Vente de billets en ligne
    Votre billet doit être imprimé afin d’être reconnu lors de votre arrivée sur site. Un justificatif ainsi qu’une pièce d’identité vous sera demandé à l’entrée du spectacle. Votre carte d’abonnée vous sera demandé à l’entrée du spectacle.
    Voir les tarifs et les formules

    Vous aimerez également ...

    0

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *